La VAE est un droit inscrit dans le code du travail, qui permet de faire valider les acquis de son expérience en vue d’obtenir un diplôme, un titre à finalité professionnelle ou un certificat de qualification figurant dans le Répertoire National des Certifications Professionnelles. Toutes les activités, y compris bénévoles, sont prises en compte et la durée minimale de l’expérience exigée est ramenée à trois ans, au lieu de cinq précédemment.

La VAE permet d’acquérir tout ou partie d’un diplôme ou d’un titre. Elle permet également d’accéder à un cursus de formation sans justifier du niveau d’études normalement requis. Tous les publics ont accès à la VAE : salariés, indépendants, bénévoles, demandeurs d’emploi… dans la mesure ou ils peuvent justifier d’une expérience d’au moins trois années, consécutives ou non, en rapport avec la qualification demandée. La formation, initiale ou continue, et les stages en milieu professionnel ne sont pas comptabilisés. 

Le rôle du jury

C’est un jury de validation qui apprécie le caractère professionnel des compétences acquises et le lien avec celles exigées par le référentiel. Le règlement de la certification définit les modalités et les critères d’évaluation des compétences du candidat : examen sur dossier, mise en situation, entretien… Le jury est souverain et peut prononcer une validation totale ou partielle de la certification visée. Dans ce dernier cas il définit la nature des compétences devant faire l’objet d’un contrôle complémentaire pour que le candidat acquière le complément de validation nécessaire à l’obtention du titre

La démarche

Si le candidat a identifié la certification visée, il s’adresse à l’organisme compétent (Ministère, CCI, Branche…)

Dans le cas contraire il peut obtenir des informations auprès des différents organismes en charge de l’information et de l’orientation : Pôle Emploi, CIO… des cabinets d’accompagnements peuvent le positionner sur les diplômes que son expérience lui permettrait de valider.

Le candidat à la VAE peut être accompagné dans la constitution de son dossier et obtenir, selon les cas, un financement, total ou partiel, du coût de la certification. Certains Organismes de Formation , cabinets conseils ou Centres de Bilans de Compétences se sont dotés de tels services d’accompagnement.
Les salariés du secteur privé peuvent également obtenir de leur employeur, sous certaines conditions, un congé de validation des acquis de l’expérience d’une durée maximale de 24 heures et un financement par le fongecif.

Le DIF permet aussi de financer les coûts de la VAE, au titre des heures passées en accompagnement, comme pour les frais de dossier du diplôme visé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :